Appel à communication

Le développement des lignes ferroviaires à grande vitesse est porteur d’enjeux en terme de développement territorial, enjeux dont les acteurs locaux se sont largement investis. Qu’ils s’agissent des collectivités territoriales qui se battent pour obtenir une gare ou au contraire éviter le passage des rails sur leur territoire, des milieux économiques qui voient dans la
grande vitesse le support d’un développement futur, ou inversement de ces opposants qui remettent en cause son impact sur l’environnement ou sur les mobilités, les acteurs locaux s’impliquent fortement dans ces projets.

Les travaux académiques ont déjà largement interrogé les évolutions territoriales liées à la grande vitesse, qu’elles soient économiques (sur le prix de l’immobilier, l’emploi, l’attractivité touristique,…) ou spatiales (sur la recomposition des mobilités, la métropolisation,…), en particulier en questionnant la croyance dans les effets structurants des infrastructures de transport. Ils ont montré la complexité du lien entre grande vitesse et développement économique local, par exemple.
Pour autant, il reste un champ assez inexploré jusque là : celui des transformations en terme de gouvernance. Quel est l’impact de la grande vitesse ferroviaire sur la gouvernance locale ? La grande vitesse peut-elle être un outil de la recomposition d’une nouvelle gouvernance entre les territoires traversés ? La grande vitesse ferroviaire qui était à ses débuts une affaire d’Etat, a subi des évolutions majeures (contestation riveraine, remise en cause du modèle de la grande vitesse sur un réseau dédié au profit d’autres solutions techniques, affaiblissement du taux de rentabilité des lignes nouvelles et transformation des modalités de financement, etc.). Or dans ce contexte particulier, les collectivités locales jouent un rôle d’importance croissante pour construire la légitimation de ces grands projets, pour les accompagner dans leur mise en oeuvre, et dans leur financement.

Notre objectif au travers de ce colloque est de questionner les effets de la grande vitesse sur la gouvernance des territoires traversés. Il s’agira de mettre en lumière la façon dont la grande vitesse ferroviaire peut aider, en amont d’un projet à construire une gouvernance nouvelle entre des territoires, dans l’élaboration d’un projet à faire coopérer des territoires, ou en aval du projet (après la mise en service d’une ligne) en créant de nouvelles solidarités ou interdépendances. Inversement, les travaux pourront montrer le décalage entre le discours sur une nouvelle gouvernance locale espérée ou rêvée, et la réalité du terrain avec le maintien de concurrences fortes ou de rivalités anciennes.

Une attention particulière sera portée sur le processus d’élaboration des projets de ligne à grande vitesse, et le rôle des collectivités locales dans ce processus. Ce colloque, en confrontant les diverses expériences autour de la grande vitesse en Europe, proposera une approche comparatiste afin de mettre en lumière le rôle de ces institutions dans un processus de développement territorial fondé sur l’innovation technologique.

Thèmes proposés
-Les collectivités locales et le financement de la grande vitesse ferroviaire.
-Mise en réseau et coopération territoriale : enjeux, formes et outils.
-Les échelles de gouvernance liées à la grande vitesse (internationale, régionale, métropolitaine).
-Les objets phares de la gouvernance territoriale : la gare et le quartier de gare, la politique d’accompagnement des effets de la grande vitesse, la politique de l’image, etc.
-Désorganisation territoriale : obstacles et échecs de la gouvernance.

Les résumés de 500 mots sont acceptés en français ou en anglais.
Chercheurs, doctorants et professionnels sont invités à soumettre leur résumé sur ce site ou par mail à catherine.cuisance@utbm.fr avant le lundi 24 mars 2014.

Personnes connectées : 1